500 millions d’Euros pour lutter contre les VFF

Phumzile Mlambo-Ngcuka, directrice de ONU-Femmes à Abidjan

L’Organisation des Nations Unies (ONU) accompagne la lutte contre les violences faites aux femmes à travers le monde depuis sa création. Cet accompagnement se renforce grâce à une enveloppe de 500 millions d’Euros soit environ 325 milliards de f CFA.

L’annonce de cette enveloppe de 500 millions d’Euros pour booster la lutte contre les VFF a été faite par la directrice de ONU-Femmes à Abidjan, Phumzile Mlambo-Ngcuka, au cours d’une conférence de presse animée au siège d’ONU-Femmes Côte d’Ivoire. Ce jeudi 30 novembre 2017, elle a indiqué que ce fonds va permettre d’assister et d’améliorer la campagne de lutte contre les violences faites aux femmes dénommé He for She (lui pour elle). Cette campagne est prévue pour être lancée en juin 2018. He for She est une campagne qui ciblera les principales violences faites aux femmes que l’ONU-femmes cible depuis sa création. Lire la suite

Publicités

Femmes et instances de prise de décision en Côte d’Ivoire

A l’image de l’Assemblée Nationale, les femmes sont très peu présentes dans les instances de prise de décision

D’importants progrès institutionnels et juridiques en Côte d’Ivoire ont été enregistrés depuis 1960. Cependant, ces progrès n’ont pas eu réellement d’impact en matière de promotion et d’insertion des femmes dans les instances de décision.

Depuis quelque temps, la question de la représentativité des femmes dans les instances de décision s’invite au cœur du débat. En effet, le gouvernement ivoirien a inscrit parmi ses priorités la promotion de la femme et initié des politiques favorisant l’insertion des femmes dans les organes décisionnels. Une volonté manifeste du Gouvernement, d’octroyer à la femme la place qui lui revient de droit, qui se traduit par les articles 36 et 37 de la Constitution ivoirienne de 2016. Montant au créneau, le chef de l’Etat a exprimé son désir de favoriser une plus large représentation « plus équitable » des hommes et des femmes aux postes électifs et nominatifs dans toutes les hautes instances. Lire la suite

Les mariages précoces et forcés persistent

Les filles toujours exposées au mariage précoce

La Côte d’Ivoire, à l’instar des autres pays membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU), commémore ce 11 octobre 2017, la journée internationale de la jeune fille. Au plan international, elle est placée sous le signe : « Autonomisation des filles : avant, pendant et après une crise ».

La journée internationale de la jeune fille est consacrée à la promotion de la lutte contre les discriminations et les violences subies par des milliers de jeunes filles. En Côte d’Ivoire, les violences faites aux jeunes filles persistent sous plusieurs formes. Ces violences ont pour noms excision, viol ou encore les mariages précoces et forcés. En ce qui concerne cette dernière forme de violence, force est de constater que dans le Nord-Est de la Côte d’ivoire précisément dans la ville de Bondoukou, certaines familles retirent encore leurs filles de l’école pour les donner en mariage de façon précoce. Lire la suite

Raïssa Banhoro lauréate de la 2ème édition du RFI Challenge App Afrique

L’application « Lucie » déjà utilisée pour accompagner les femmes sur les marchés ivoiriens

L’ivoirienne Raïssa Banhoro s’est hissée sur la première marche du podium dans le cadre de la deuxième édition du Prix RFI Challenge App Afrique. La cérémonie de remise s’est faite au cours de l’enregistrement de l’émission 7 milliards de voisins à Abidjan ce mercredi 11 octobre 2017.

Lancé en 2016, le concours RFI Challenge App Afrique est une compétition visant à développer l’Internet citoyen en encourageant des projets aux services de l’intérêt général. La première édition du concours fut consacrée à la santé. Pour cette deuxième édition, RFI a choisi comme thème l’éducation des filles en Afrique et plus de 600 candidatures ont été enregistrées de 34 pays d’Afrique francophone. Fait majeur, 46% des projets finalistes étaient proposés, cette année, par des femmes. Lire la suite

Le CEFCI encourage l’accès à l’éducation des femmes

le programme veut aider à augmenter le taux de scolarisation des filles

Le Centre Féminin pour la démocratie et les droits humains en Côte d’Ivoire (CEFCI) était dans le nord de la Côte d’Ivoire ce 07 Octobre 2017. Cette organisation de promotion des droits de la femme a procédé au lancement d’une initiative visant promouvoir l’éducation de la femme.

C’est dans la localité de Niakara que s’est déroulé la cérémonie officielle de lancement du programme d’appui à l’éducation de la femme. L’évènement a enregistré un invité de marque en qualité de parrain, SEM Alpha Barry Ministre des affaires étrangères de la coopération et des Burkinabés de l’extérieur. En choisissant le nord de la Côte d’Ivoire, le CEFCI cible ainsi une zone où le taux de scolarisation reste bas. Lire la suite

Les femmes outillées pour occuper les médias

Les femmes prêtes à occuper les médias

Du 21 au 29 août 2017, l’Institut Panos Afrique de l’ouest (IPAO) a organisé un atelier de formation à destination de 15 organisations de la société civile ivoirienne cette initiative s’inscrit dans le cadre du projet « Femmes, occupez les médias ».

Durant 7 jours, les participants ont pu améliorer leurs connaissances en matière d’interaction entre les OSC et les médias sur trois principaux segments. Il s’agit des relations médias (comment travailler avec les médias ?), la radio et les médias sociaux. L’atelier très apprécié par les membres de la société civile ivoirienne était un mix très réussi d’exposés théoriques et d’exercices pratiques. Lire la suite

Violences sexuelles aux femmes : la loi doit être plus sévère

Violences sexuelles : une situation traumatisante pour les femmes

L’Ambassade de France, ONU femmes et la CNDHCI ont organisé un débat sur le thème : « quelle prise en charge des victimes de violences sexuelles ? ». Ce 29 juin 2017 à l’institut français d’Abidjan, les différents participants ont plaidé pour une pleine application de la loi.

Obliger une personne à subir, à accomplir ou à être confrontée à des actes d’ordre sexuel contre son gré est considéré comme un acte de violence sexuelle. De nombreuses personnes dont majoritairement des femmes ont déjà vécu cette situation à l’image de Dagnogo Salimata mariée en 1984 alors qu’elle n’avait que 13 ans. Son époux, un homme de 60 ans, la violentait avant d’abuser d’elle dans le foyer. Lire la suite

Viol en Côte d’Ivoire : la situation toujours inquiétante

Seule l’application de la loi pourrait aider à prévenir les viols

Seule l’application de la loi pourrait aider à prévenir les viols

Le rapport sur les viols et leurs répressions en Côte d’Ivoire a été présenté ce 11 juillet au siège de l’ONUCI (Abidjan-Sébroko). Il a été produit par la Division des droits de l’homme de l’ONUCI qui a documenté quelques 1129 cas de viol entre janvier 2012 et décembre 2015.

Le rapport présenté conjointement par le Haut-commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme souligne la nécessité de mettre en œuvre les textes et les lois en Côte d’Ivoire afin de mieux lutter contre ce fléau qui touche majoritairement les femmes, les petites filles et les enfants. Concernant les chiffres clés de ce rapport, la directrice par intérim de la division des droits de l’homme de l’ONUCI, Juliette de Rivero, indique que les cas de viol documentés « affectent plus de 1000 victimes ». Lire la suite

La Côte d’Ivoire réitère son engagement contre l’exploitation des enfants

Euphrasie Yao met en garde les voleurs d’enfance

Euphrasie Yao met en garde les voleurs d’enfance

La Côte d’Ivoire continue de faire la une de l’actualité lorsque la question de la traite des enfants est évoquée. Conscient de cette mauvaise publicité, le Gouvernement ivoirien veut maintenir l’élan de la sensibilisation et de la répression.

Le 21 juin 2016, six enfants de nationalité togolaise dont l’âge varie entre 6 et 16 ans ont été intercepté au poste frontière de Noé (frontière ivoiro-ghanéenne). En compagnie de trafiquants, ces mineurs devaient rallier Abidjan pour servir de petites mains dans plusieurs secteurs d’activité. Des enfants victimes du trafic d’êtres humains mais qui heureusement ne finiront pas entre les mains de leurs « acheteurs ». Ils pourront bientôt regagner leurs familles et c’est la promesse faite par la Ministre de la Promotion de la femme, de la Famille et de la Protection de l’enfant. Euphrasie Yao a rendu visite aux enfants recueillis par le centre Padré Pio dans la commune de Bonoua. Elle était accompagnée par l’Ambassadrice de l’Union Africaine, SEM Mayuma Joséphine, des membres du cabinet de la Première Dame de Côte d’Ivoire et des émissaires du consulat du Togo. Lire la suite

Les femmes préparent déjà les élections locales

Docteur Marie Paule Kodjo, coordinatrice générale de la COFEMCI-REPC

Docteur Marie Paule Kodjo, coordinatrice générale de la COFEMCI-REPC

Le cycle de l’élection présidentielle vient de s’achever avec la prestation de serment du président Alassane Ouattara. Les acteurs politiques lorgnent déjà sur les prochaines élections locales et les femmes entendent une fois de plus y prendre part.

Les élections locales auront bientôt lieu en Côte d’Ivoire. Celles-ci débutent par les législatives pour le contrôle de l’Assemblée Nationale, lieu où se prennent les lois qui orientent la vie de la Nation Ivoirienne. Lire la suite