Archives du blog

Femmes et instances de prise de décision en Côte d’Ivoire

A l’image de l’Assemblée Nationale, les femmes sont très peu présentes dans les instances de prise de décision

D’importants progrès institutionnels et juridiques en Côte d’Ivoire ont été enregistrés depuis 1960. Cependant, ces progrès n’ont pas eu réellement d’impact en matière de promotion et d’insertion des femmes dans les instances de décision.

Depuis quelque temps, la question de la représentativité des femmes dans les instances de décision s’invite au cœur du débat. En effet, le gouvernement ivoirien a inscrit parmi ses priorités la promotion de la femme et initié des politiques favorisant l’insertion des femmes dans les organes décisionnels. Une volonté manifeste du Gouvernement, d’octroyer à la femme la place qui lui revient de droit, qui se traduit par les articles 36 et 37 de la Constitution ivoirienne de 2016. Montant au créneau, le chef de l’Etat a exprimé son désir de favoriser une plus large représentation « plus équitable » des hommes et des femmes aux postes électifs et nominatifs dans toutes les hautes instances. Lire la suite

Publicités

Le CEFCI encourage l’accès à l’éducation des femmes

le programme veut aider à augmenter le taux de scolarisation des filles

Le Centre Féminin pour la démocratie et les droits humains en Côte d’Ivoire (CEFCI) était dans le nord de la Côte d’Ivoire ce 07 Octobre 2017. Cette organisation de promotion des droits de la femme a procédé au lancement d’une initiative visant promouvoir l’éducation de la femme.

C’est dans la localité de Niakara que s’est déroulé la cérémonie officielle de lancement du programme d’appui à l’éducation de la femme. L’évènement a enregistré un invité de marque en qualité de parrain, SEM Alpha Barry Ministre des affaires étrangères de la coopération et des Burkinabés de l’extérieur. En choisissant le nord de la Côte d’Ivoire, le CEFCI cible ainsi une zone où le taux de scolarisation reste bas. Lire la suite

Viol en Côte d’Ivoire : la situation toujours inquiétante

Seule l’application de la loi pourrait aider à prévenir les viols

Seule l’application de la loi pourrait aider à prévenir les viols

Le rapport sur les viols et leurs répressions en Côte d’Ivoire a été présenté ce 11 juillet au siège de l’ONUCI (Abidjan-Sébroko). Il a été produit par la Division des droits de l’homme de l’ONUCI qui a documenté quelques 1129 cas de viol entre janvier 2012 et décembre 2015.

Le rapport présenté conjointement par le Haut-commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme souligne la nécessité de mettre en œuvre les textes et les lois en Côte d’Ivoire afin de mieux lutter contre ce fléau qui touche majoritairement les femmes, les petites filles et les enfants. Concernant les chiffres clés de ce rapport, la directrice par intérim de la division des droits de l’homme de l’ONUCI, Juliette de Rivero, indique que les cas de viol documentés « affectent plus de 1000 victimes ». Lire la suite

La Côte d’Ivoire réitère son engagement contre l’exploitation des enfants

Euphrasie Yao met en garde les voleurs d’enfance

Euphrasie Yao met en garde les voleurs d’enfance

La Côte d’Ivoire continue de faire la une de l’actualité lorsque la question de la traite des enfants est évoquée. Conscient de cette mauvaise publicité, le Gouvernement ivoirien veut maintenir l’élan de la sensibilisation et de la répression.

Le 21 juin 2016, six enfants de nationalité togolaise dont l’âge varie entre 6 et 16 ans ont été intercepté au poste frontière de Noé (frontière ivoiro-ghanéenne). En compagnie de trafiquants, ces mineurs devaient rallier Abidjan pour servir de petites mains dans plusieurs secteurs d’activité. Des enfants victimes du trafic d’êtres humains mais qui heureusement ne finiront pas entre les mains de leurs « acheteurs ». Ils pourront bientôt regagner leurs familles et c’est la promesse faite par la Ministre de la Promotion de la femme, de la Famille et de la Protection de l’enfant. Euphrasie Yao a rendu visite aux enfants recueillis par le centre Padré Pio dans la commune de Bonoua. Elle était accompagnée par l’Ambassadrice de l’Union Africaine, SEM Mayuma Joséphine, des membres du cabinet de la Première Dame de Côte d’Ivoire et des émissaires du consulat du Togo. Lire la suite

Les femmes préparent déjà les élections locales

Docteur Marie Paule Kodjo, coordinatrice générale de la COFEMCI-REPC

Docteur Marie Paule Kodjo, coordinatrice générale de la COFEMCI-REPC

Le cycle de l’élection présidentielle vient de s’achever avec la prestation de serment du président Alassane Ouattara. Les acteurs politiques lorgnent déjà sur les prochaines élections locales et les femmes entendent une fois de plus y prendre part.

Les élections locales auront bientôt lieu en Côte d’Ivoire. Celles-ci débutent par les législatives pour le contrôle de l’Assemblée Nationale, lieu où se prennent les lois qui orientent la vie de la Nation Ivoirienne. Lire la suite

Femmes, acteurs engagés pour la présidentielle de 2015

Campagne encourageant le vote des femmes

Campagne encourageant le vote des femmes

Les Organisations féminines de la société civile sont fortement impliquées dans le processus électoral depuis la fin de la crise de 2010. Pour la présidentielle d’Octobre 2015, elles multiplient les actions pour une forte mobilisation des femmes le jour du scrutin.

Au lendemain des indépendances, la Côte d’Ivoire a clairement affiché sa volonté de faire la promotion de la femme. Le pays fut l’un des premiers d’Afrique sub-saharienne à nommer une femme ministre autour des années 70. Jeanne Gervais née Jeanne Ahou Siefer-N’Dri, fut la première femme dans un gouvernement ivoirien. Inspectrice de l’Enseignement primaire, elle fut nommée ministre par le président Félix Houphouët-Boigny en charge de la condition féminine de 1976-1983. Lire la suite

PEACE Côte d’Ivoire recrute 40% d’observatrices pour la présidentielle

Les femmes seront aussi des observatrices du processus électoral

Les femmes seront aussi des observatrices du processus électoral

Comme en 2010, les femmes ont de nouveau répondu à l’appel des Organisations de société civile (OSC). Elles se sont inscrites sur les listes électorales et prendront donc une part active au scrutin du 25 octobre. Elles ne seront pas seulement de simples votants mais elles seront aussi des observatrices grâce à PEACE Côte d’Ivoire.

En choisissant le WANEP-CI, (Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix section Côte d’Ivoire) comme partenaire, la Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) semble avoir parié sur le bon cheval. En effet le WANEP-CI est arrivé à mettre sur pied une plateforme pour l’observation des élections qui porte pour la première fois en Côte d’Ivoire le projet d’une ESR (Electoral Situation Room). Lire la suite

Ce que les femmes attendent du scrutin et de leur futur président

Les femmes appellent à des élections apaisées…

Les femmes appellent à des élections apaisées…

Loin du débat sur l’interprétation de la constitution, de l’éligibilité ou du financement des partis politiques, les femmes ivoiriennes ont un tout autre regard sur le processus électoral. Le vœu qu’elles caressent est simplement de voir la Côte d’Ivoire s’engager sur le chemin de la paix et de la stabilité après le 25 octobre 2015.

Sur les marchés, dans les gares routières, au sein des services publiques et au cœur des différentes administrations, les femmes ivoiriennes participent activement au développement socio-économique du pays. Elles prennent aussi une part importante dans le mouvement de démocratisation du pays depuis le droit de vote obtenu en 1952 en passant par leur marche historique sur la prison de Grand Bassam. Lire la suite

Côte d’Ivoire/8 mars : l’émergence avec les femmes

Doumbia Fanta présidente exécutive de l’OFACI

Doumbia Fanta présidente exécutive de l’OFACI

La Côte-d’Ivoire, en symbiose avec de nombreux autres pays du Monde entier a célébré ce 08 mars la Journée Internationale de la Femme autour du thème International : « Autonomisation des femmes – Autonomisation de l’humanité : Imaginez ! ».

La Côte d’Ivoire a accentué cette célébration sous le signe de la capitalisation des acquis du genre. Le pays s’est inspiré du thème retenu sur le plan international pour définir son thème national. « Beijing+ 20 : bilan, défis et perspectives pour une Côte d’Ivoire émergente », en référence au thème de la 59ème session de la Commission de la condition de la femme à l’ONU  «  Evaluation de la réalisation de la plateforme d’action de Pékin, 20 ans après ». Les femmes ivoiriennes ont bénéficié d’un engagement personnel du président ivoirien dans la promotion d’initiatives pour leur autonomisation. Au-delà des programmes de financement des activités génératrices de revenus et de don aux femmes les plus démunies dont les veuves, plusieurs autres actions en été posées. Doumbia Fanta présidente exécutive de l’OFACI, l’organisation des femmes actives de Côte d’Ivoire relève entre autre la mise en place du Compendium des compétences féminines et le CNF, le Conseil National de la Femme. Lire la suite

Mutilations génitales féminines : quand l’excision s’exporte

Les mutilations génitales menacent la vie de nombreuses femmes à travers le monde

Les mutilations génitales menacent la vie de nombreuses femmes à travers le monde

Le monde célèbre ce 6 février la journée internationale contre les mutilations génitales. Une occasion pour découvrir un pan de l’excision tran-frontalière en Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire figure parmi les 28 pays dans le monde où l’excision a été identifiée comme un problème de santé publique primaire. On estime à 36% le nombre de femmes excisées. 34% des femmes victimes de cette pratique l’ont été en milieu urbain et 38% en zone rural. Les régions les plus touchées sont l’ouest avec un pic de 73,3% et le nord avec 87,9 %. Exposées sur l’autel de la tradition, de nombreuses ivoiriennes portent à vie les stigmates de l’excision. Pour les plus chanceuses, c’est un quotidien rythmé par les frustrations sexuelles en raison de leur frigidité. Les autres qui ont échappé à une mort certaine lors de la pratique vivent avec des fistules obstétricales, des fausses couches à répétition dues aux infections des trompes sans oublier les difficultés liées à l’accouchement. Lire la suite