La Côte d’Ivoire réitère son engagement contre l’exploitation des enfants

Euphrasie Yao met en garde les voleurs d’enfance

Euphrasie Yao met en garde les voleurs d’enfance

La Côte d’Ivoire continue de faire la une de l’actualité lorsque la question de la traite des enfants est évoquée. Conscient de cette mauvaise publicité, le Gouvernement ivoirien veut maintenir l’élan de la sensibilisation et de la répression.

Le 21 juin 2016, six enfants de nationalité togolaise dont l’âge varie entre 6 et 16 ans ont été intercepté au poste frontière de Noé (frontière ivoiro-ghanéenne). En compagnie de trafiquants, ces mineurs devaient rallier Abidjan pour servir de petites mains dans plusieurs secteurs d’activité. Des enfants victimes du trafic d’êtres humains mais qui heureusement ne finiront pas entre les mains de leurs « acheteurs ». Ils pourront bientôt regagner leurs familles et c’est la promesse faite par la Ministre de la Promotion de la femme, de la Famille et de la Protection de l’enfant. Euphrasie Yao a rendu visite aux enfants recueillis par le centre Padré Pio dans la commune de Bonoua. Elle était accompagnée par l’Ambassadrice de l’Union Africaine, SEM Mayuma Joséphine, des membres du cabinet de la Première Dame de Côte d’Ivoire et des émissaires du consulat du Togo.

Lors de la visite, la ministre Euphrasie Yao a lancé un avertissement aux personnes qui vivent du trafic des enfants. Le phénomène est puni par les lois ivoiriennes et le Gouvernement n’hésitera pas à sévir. La preuve, le ravisseur des 6 enfants originaires du Togo ira réfléchir au calme en prison. Interpelé par les services de la police ivoirienne à la frontalière de Noé en provenance de Bouaré sous-préfecture de Dapaon (Togo), l’auteur de ce trafic d’enfants, Barry Yacou, a été déféré au parquet d’Aboisso où il a été jugé et condamné à 12 mois de prison ferme avec une amende de 100.000F CFA. « Le ministère de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant (Mpffpe), interpelle les familles, les communautés contre ces agissements préjudiciables à la santé mentale et physique des enfants. J’exhorte les parents à une plus grande vigilance pour le bien-être de leurs enfants. La place des enfants, c’est à l’école. En Côte d’Ivoire, l’école est obligatoire et gratuite pour les enfants de 6 à 16 ans, et nous tenons fermement à ce que cette loi soit appliquée sur toute l’étendue du territoire national », a précisé la Ministre de la Promotion de la femme, de la Famille et de la Protection de l’enfant.

Pour l’ambassadrice de l’UA, il faut promouvoir les droits des enfants des pays d’Afrique. « Nous devons nous occuper de nos enfants et leur garantir un avenir meilleur car ce sont eux les futurs dirigeants de nos Etats » a indiqué Joséphine Mayuma. Selon Yao Euphrasie, son ministère en collaboration avec le consulat du Togo, procédera dans les prochains jours au retour des enfants dans leurs familles d’origine.

SUY Kahofi

Publicités

À propos de Rédacteurs nousfemmes

Nousfemmes est un blog crée par SUY Kahofi, correspondant de presse et blogueur ivoirien. L'équipe de rédaction s'étoffe avec l'arrivée du journaliste d'Anderson Diédri, journaliste d'investigation.

Publié le juillet 7, 2016, dans enfant, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :