PEACE Côte d’Ivoire recrute 40% d’observatrices pour la présidentielle

Les femmes seront aussi des observatrices du processus électoral

Les femmes seront aussi des observatrices du processus électoral

Comme en 2010, les femmes ont de nouveau répondu à l’appel des Organisations de société civile (OSC). Elles se sont inscrites sur les listes électorales et prendront donc une part active au scrutin du 25 octobre. Elles ne seront pas seulement de simples votants mais elles seront aussi des observatrices grâce à PEACE Côte d’Ivoire.

En choisissant le WANEP-CI, (Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix section Côte d’Ivoire) comme partenaire, la Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) semble avoir parié sur le bon cheval. En effet le WANEP-CI est arrivé à mettre sur pied une plateforme pour l’observation des élections qui porte pour la première fois en Côte d’Ivoire le projet d’une ESR (Electoral Situation Room). Lire la suite

Publicités

Ce que les femmes attendent du scrutin et de leur futur président

Les femmes appellent à des élections apaisées…

Les femmes appellent à des élections apaisées…

Loin du débat sur l’interprétation de la constitution, de l’éligibilité ou du financement des partis politiques, les femmes ivoiriennes ont un tout autre regard sur le processus électoral. Le vœu qu’elles caressent est simplement de voir la Côte d’Ivoire s’engager sur le chemin de la paix et de la stabilité après le 25 octobre 2015.

Sur les marchés, dans les gares routières, au sein des services publiques et au cœur des différentes administrations, les femmes ivoiriennes participent activement au développement socio-économique du pays. Elles prennent aussi une part importante dans le mouvement de démocratisation du pays depuis le droit de vote obtenu en 1952 en passant par leur marche historique sur la prison de Grand Bassam. Lire la suite

Côte d’Ivoire/8 mars : l’émergence avec les femmes

Doumbia Fanta présidente exécutive de l’OFACI

Doumbia Fanta présidente exécutive de l’OFACI

La Côte-d’Ivoire, en symbiose avec de nombreux autres pays du Monde entier a célébré ce 08 mars la Journée Internationale de la Femme autour du thème International : « Autonomisation des femmes – Autonomisation de l’humanité : Imaginez ! ».

La Côte d’Ivoire a accentué cette célébration sous le signe de la capitalisation des acquis du genre. Le pays s’est inspiré du thème retenu sur le plan international pour définir son thème national. « Beijing+ 20 : bilan, défis et perspectives pour une Côte d’Ivoire émergente », en référence au thème de la 59ème session de la Commission de la condition de la femme à l’ONU  «  Evaluation de la réalisation de la plateforme d’action de Pékin, 20 ans après ». Les femmes ivoiriennes ont bénéficié d’un engagement personnel du président ivoirien dans la promotion d’initiatives pour leur autonomisation. Au-delà des programmes de financement des activités génératrices de revenus et de don aux femmes les plus démunies dont les veuves, plusieurs autres actions en été posées. Doumbia Fanta présidente exécutive de l’OFACI, l’organisation des femmes actives de Côte d’Ivoire relève entre autre la mise en place du Compendium des compétences féminines et le CNF, le Conseil National de la Femme. Lire la suite

Le Conseil National de la Femme (CNF) officiellement installé

Le président ivoirien présentant le Tome 1 du compendium des compétences féminines

Le président ivoirien présentant le Tome 1 du compendium des compétences féminines

Faire des femmes des pions essentiels du développement en Côte d’Ivoire à travers leur autonomisation, voici l’un des pans importants du programme de Gouvernement « Vivre Ensemble » président ivoirien Alassane Ouattara. Pour donner un sens à cette ambition, le président ivoirien a décidé de mettre sur pied le Conseil National de la Femme (CNF) ce 02 mars 2015. Le CNF permettra d’assurer une veille stratégique pour toutes les questions concernant la protection, la promotion et l’autonomisation des femmes. Le conseil aura également un rôle à jouer dans la promotion de la paix et de la réconciliation nationale. Alassane Ouattara a estimé que « d’importantes avancées ont été réalisées » pour la promotion de la femme en Côte d’Ivoire mais de « nombreux défis » restent à relever, notamment en ce qui concerne « le faible taux de représentation des femmes aux postes de décision ». Lire la suite

Mutilations génitales féminines : quand l’excision s’exporte

Les mutilations génitales menacent la vie de nombreuses femmes à travers le monde

Les mutilations génitales menacent la vie de nombreuses femmes à travers le monde

Le monde célèbre ce 6 février la journée internationale contre les mutilations génitales. Une occasion pour découvrir un pan de l’excision tran-frontalière en Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire figure parmi les 28 pays dans le monde où l’excision a été identifiée comme un problème de santé publique primaire. On estime à 36% le nombre de femmes excisées. 34% des femmes victimes de cette pratique l’ont été en milieu urbain et 38% en zone rural. Les régions les plus touchées sont l’ouest avec un pic de 73,3% et le nord avec 87,9 %. Exposées sur l’autel de la tradition, de nombreuses ivoiriennes portent à vie les stigmates de l’excision. Pour les plus chanceuses, c’est un quotidien rythmé par les frustrations sexuelles en raison de leur frigidité. Les autres qui ont échappé à une mort certaine lors de la pratique vivent avec des fistules obstétricales, des fausses couches à répétition dues aux infections des trompes sans oublier les difficultés liées à l’accouchement. Lire la suite

La Côte d’Ivoire présente sa stratégie nationale de lutte contre les VBG

Les peines prévues par la loi seront désormais appliquées

Les peines prévues par la loi seront désormais appliquées

La stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) a été présentée ce vendredi 5 septembre 2014 par le ministère en charge de la famille. L’objectif de cette stratégie consignée dans un document est de permettre au Comité National de lutte contre les VBG d’être opérationnel et de mettre en œuvre son plan d’action.

La mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre qui s’étendra jusqu’en 2016 va coûter plus de 4 milliards de f CFA. Avec cette stratégie l’Etat ivoirien entend réduire ces violences qui ont pris une proportion inquiétante et les chiffres avancés par Suzane Konaté Maïga, représentante pays de l’UNFPA le démontre. Lire la suite

OSC et médias partenaires du monitoring de l’action publique

Les femmes de la Société Civile se rapprochent des médias

Un atelier de formation en techniques de communication orientée sur le contrôle citoyen de l’action publique (CCAP) est organisé par l’URPCI (Union des Radios de proximité de Côte d’Ivoire) et son partenaire l’Institut PANOS Afrique de l’Ouest. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’exécution du projet « Femmes et médias, partenaires pour une meilleure gouvernance en Afrique de l’Ouest« . Ce projet financé par l’Union Européenne pour une durée de trois ans a pour objectif de renforcer les synergies inter-pays et entre les journalistes et les OSC (organisation de la société civile) notamment celles des femmes, pour accroître la participation politique des citoyens, leur contrôle sur l’action publique et la recevabilité des élus en Afrique de l’Ouest. Lire la suite

Professionnalisation du secteur des travailleuses domestiques par la formation

Formation au siège de l’ONG CENSOIFF

Formation au siège de l’ONG CENSOIFF

La Société Civile Ivoirienne se mobilise autour du combat pour le respect de la dignité des travailleuses domestiques. Pendant que certaines ONG luttent pour l’adoption d’une loi pour mieux organiser leur secteur d’activité, l’ONG CENSOIFF (Centre Solidarité Investir dans les Filles et les Femmes) a décidé d’axer son action sur la formation.

Le leitmotiv de l’ONG CENSOIFF se résume en cette maxime : la formation est la clé de voute du changement social. C’est ce qui motive le projet de formation à destination des jeunes filles et femmes de ménage pour créer une nouvelle génération de travailleuses domestiques. Formation à la conduite d’un véhicule et à son entretien, maîtrise parfaite des appareils électro-ménagers et de l’anglais, leadership féminin et sociologie de la famille à travers ses différentes composantes sont les atouts qui transformeront les jeunes filles et femmes de ménage. Selon Trah Siagbé expert en genre bénévole de l’ONG le projet ne se limite pas à la formation. Il prend en compte les dimensions placement, suivi et évaluation des travailleuses domestiques. Lire la suite

Le CNSPA, gardien de la promotion de la parité

Les femmes se mobilisent pour le combat de la parité

Avec 25 femmes sur 225 députés à l’Assemblée Nationale, 11 sur 180 maires, une seule femme sur les 30 conseillers régionaux, il est clair que la Côte d’Ivoire est un pays où la notion de parité est bien loin d’être une réalité. Ces chiffres énumérés plus haut sont bien loin du quota des 30% requis par les protocoles internationaux sur le genre. Le tableau de la promotion de la femme ivoirienne est encore sombre et il faut agir pour faire bouger les lignes. Et dans ce combat pour la parité homme-femme en Côte d’Ivoire, il faut désormais compter sur l’ONG CNSPA, le Conseil national du suivi de la parité. Cette ONG qui vient de voir le jour sur les bords de la lagune Ebrié veut promouvoir la parité à tous les niveaux. Lire la suite

Les banques doivent faire confiance aux femmes

De belles initiatives féminines…mais un difficile accès au crédit

Les femmes restent dans la majorité des pays africains le parent pauvre du système financier au niveau du crédit bancaire et la Côte d’Ivoire n’est pas une exception. En effet 60% des femmes n’obtiennent pas de prêts pour financer leurs activités et plusieurs raisons expliquent cette situation. Les femmes ne sont pas mise sur le même pied d’égalité que les hommes. Certaines conceptions plutôt dépassées veulent qu’elles ne puissent pas concilier les rôles de mère et de chef d’entreprise ou tout simplement d’entrepreneur. Lire la suite