La Côte d’Ivoire présente sa stratégie nationale de lutte contre les VBG

Les peines prévues par la loi seront désormais appliquées

Les peines prévues par la loi seront désormais appliquées

La stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) a été présentée ce vendredi 5 septembre 2014 par le ministère en charge de la famille. L’objectif de cette stratégie consignée dans un document est de permettre au Comité National de lutte contre les VBG d’être opérationnel et de mettre en œuvre son plan d’action.

La mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre qui s’étendra jusqu’en 2016 va coûter plus de 4 milliards de f CFA. Avec cette stratégie l’Etat ivoirien entend réduire ces violences qui ont pris une proportion inquiétante et les chiffres avancés par Suzane Konaté Maïga, représentante pays de l’UNFPA le démontre. Lire la suite

OSC et médias partenaires du monitoring de l’action publique

Les femmes de la Société Civile se rapprochent des médias

Un atelier de formation en techniques de communication orientée sur le contrôle citoyen de l’action publique (CCAP) est organisé par l’URPCI (Union des Radios de proximité de Côte d’Ivoire) et son partenaire l’Institut PANOS Afrique de l’Ouest. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’exécution du projet « Femmes et médias, partenaires pour une meilleure gouvernance en Afrique de l’Ouest« . Ce projet financé par l’Union Européenne pour une durée de trois ans a pour objectif de renforcer les synergies inter-pays et entre les journalistes et les OSC (organisation de la société civile) notamment celles des femmes, pour accroître la participation politique des citoyens, leur contrôle sur l’action publique et la recevabilité des élus en Afrique de l’Ouest. Lire la suite

Professionnalisation du secteur des travailleuses domestiques par la formation

Formation au siège de l’ONG CENSOIFF

Formation au siège de l’ONG CENSOIFF

La Société Civile Ivoirienne se mobilise autour du combat pour le respect de la dignité des travailleuses domestiques. Pendant que certaines ONG luttent pour l’adoption d’une loi pour mieux organiser leur secteur d’activité, l’ONG CENSOIFF (Centre Solidarité Investir dans les Filles et les Femmes) a décidé d’axer son action sur la formation.

Le leitmotiv de l’ONG CENSOIFF se résume en cette maxime : la formation est la clé de voute du changement social. C’est ce qui motive le projet de formation à destination des jeunes filles et femmes de ménage pour créer une nouvelle génération de travailleuses domestiques. Formation à la conduite d’un véhicule et à son entretien, maîtrise parfaite des appareils électro-ménagers et de l’anglais, leadership féminin et sociologie de la famille à travers ses différentes composantes sont les atouts qui transformeront les jeunes filles et femmes de ménage. Selon Trah Siagbé expert en genre bénévole de l’ONG le projet ne se limite pas à la formation. Il prend en compte les dimensions placement, suivi et évaluation des travailleuses domestiques. Lire la suite

Le CNSPA, gardien de la promotion de la parité

Les femmes se mobilisent pour le combat de la parité

Avec 25 femmes sur 225 députés à l’Assemblée Nationale, 11 sur 180 maires, une seule femme sur les 30 conseillers régionaux, il est clair que la Côte d’Ivoire est un pays où la notion de parité est bien loin d’être une réalité. Ces chiffres énumérés plus haut sont bien loin du quota des 30% requis par les protocoles internationaux sur le genre. Le tableau de la promotion de la femme ivoirienne est encore sombre et il faut agir pour faire bouger les lignes. Et dans ce combat pour la parité homme-femme en Côte d’Ivoire, il faut désormais compter sur l’ONG CNSPA, le Conseil national du suivi de la parité. Cette ONG qui vient de voir le jour sur les bords de la lagune Ebrié veut promouvoir la parité à tous les niveaux. Lire la suite

Les banques doivent faire confiance aux femmes

De belles initiatives féminines…mais un difficile accès au crédit

Les femmes restent dans la majorité des pays africains le parent pauvre du système financier au niveau du crédit bancaire et la Côte d’Ivoire n’est pas une exception. En effet 60% des femmes n’obtiennent pas de prêts pour financer leurs activités et plusieurs raisons expliquent cette situation. Les femmes ne sont pas mise sur le même pied d’égalité que les hommes. Certaines conceptions plutôt dépassées veulent qu’elles ne puissent pas concilier les rôles de mère et de chef d’entreprise ou tout simplement d’entrepreneur. Lire la suite

Trop petite pour le maquis…

« Un maquis n’est pas un lieu pour les enfants »

« Un maquis n’est pas un lieu pour les enfants »

En Côte d’Ivoire, les enfants sont toujours exploités en violation des lois nationales. Ils ont souvent même la charge de tâches réservées aux adultes. C’est le cas des filles mineures utilisées comme serveuses dans les maquis d’Abidjan.

De passage dans la capitale économique ivoirienne, faites très attention au petit corps tout frêle qui viendra vous servir votre poisson braisé accompagné d’attiéké dans un maquis. Il s’agit généralement de mineures dont l’âge varie entre 9 et 16 ans. Parmi celles-ci figure Marie-Chantal, une gamine employée comme serveuse dans un maquis de nuit à Yopougon. Ses journées de travail commencent généralement à partir de 15 heures. Elle doit écailler le poisson frais, laver les légumes et veiller à la cuisson des accompagnements. Lire la suite

VIH-SIDA : l’inquiétante féminisation de la pandémie en Afrique de l’Ouest

Docteur Xavier Crespin, directeur général de l’OOAS

Docteur Xavier Crespin, directeur général de l’OOAS

La forte féminisation du VIH-SIDA en Afrique de l’ouest est une situation très inquiétante selon le directeur général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS). Docteur Xavier Crespin a de nouveau tiré sur la sonnette d’alarme lors de la 5ème réunion du Comité multi-sectoriel de lutte contre le VIH/SIDA de la CEDEAO qui s’est tenue à Abidjan les 14 et 15 juillet 2014. La forte féminisation de la pandémie en Afrique de l’ouest est une tendance observée depuis 2004. L’ONUSIDA estimait déjà que 59 % des personnes séropositives en Afrique sont des femmes. 75 % des jeunes infectés sont des filles et pour chaque garçon infecté, il y a cinq à six filles qui le sont !

Les jeunes femmes âgées de 15 à 25 ans courent un risque au moins trois fois plus élevé d’être infectées par le VIH/SIDA que les hommes de la même tranche d’âge. Lire la suite

Les femmes et filles de ménage vers le SMIG

Les femmes et filles de ménage mieux protégé par la loi

Les femmes et filles de ménage mieux protégé par la loi

Le milieu des travailleurs domestiques en Côte d’Ivoire est un univers mafieux, à la limite de trafic humain où des jeunes hommes, femmes et souvent même des mineurs sont exploités. 85% des petites mains dans ce milieu sont des femmes et des jeunes filles. Celles-ci évoluent dans des conditions difficiles marquées par la précarité de leur emploi. Kouassi Valérie connaît bien cet univers fait de brimade et d’exploitation ; elle qui depuis 1985 a commencé toute jeune à servir comme fille de ménage. Lire la suite

CEFCI : Boni Dihoukan Lydie succède à Nathalie Koné

Mme Boni Dihoukan Lydie, nouvelle directrice exécutive du CEFCI

Mme Boni Dihoukan Lydie, nouvelle directrice exécutive du CEFCI

Après le départ de Nathalie Koné, c’est au tour de Mme Boni Dihoukan Lydie de prendre les rênes du CEFCI, le Centre Féminin pour la démocratie et les droits humains en Côte d’Ivoire. Au poste de Directrice exécutive depuis le 1er juillet 2014, cette sociologue de formation est dotée d’une forte expérience dans le domaine de la promotion des droits des femmes, de la démocratie, du Lobbying et du plaidoyer. Cette expérience s’est aussi construite grâce au CEFCI où elle évolue depuis 2009. Lire la suite

Les femmes au cœur de la journée internationale des coopératives

Les femmes rurales réunis au sein des coopératives jouent un rôle important dans les systèmes de production

Les femmes rurales réunis au sein des coopératives jouent un rôle important dans les systèmes de production

Ce samedi 05 juillet 2014 le monde entier a commémoré la Journée internationale des coopératives. Une festivité placée sous le thème « les entreprises coopératives : parvenir à un développement durable pour tous« . En 1992, l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé, dans sa résolution 47/90  du 16 décembre, que la Journée internationale des coopératives serait célébrée chaque année le premier samedi du mois de juillet. Le souci de la communauté est l’une des valeurs fondatrices du mouvement coopératif et, pour cette raison, la nécessité de préserver durablement les conditions de vie des communautés fait partie intégrante des opérations et de la vision de toutes les coopératives. Lire la suite