Mes jus : mon entreprise !

Sous le soleil elles gagnent leurs vie en désaltérant les passants !

Elles ont entre 25 et 55 ans et elles partagent une même activité : la commercialisation des jus en sachet. Jus de bissap, de gingembre, d’orange, de lait à la menthe et j’en passe…il y a en a de tous les goûts et de toute les saveurs pour attirer les clients. Grâce à leur commerce, elles nourrissent leurs familles respectives et réalisent leurs projets. N’dri Marceline vient de souffler ses 28 bougies et cela fait 4 ans qu’elle vit de la vente de jus. Elle a démarré son activité avec la somme de 5000 f CFA. « J’ai abandonné l’école à cause d’une grossesse que j’ai contractée en classe de première. Mon père n’était plus prêt à me scolariser. J’ai donc choisi de vendre des jus ! Mon fond de commerce vient de ma mère » souligne t’elle. Grâce à ce commerce dans les rues d’Abidjan elle a pu réunir l’argent pour financer des cours du soir et passer son BAC. Malgré le fait qu’elle sera bientôt institutrice adjointe dans un village de la Côte d’Ivoire, elle n’attend pas arrêter cette activité. « A mes débuts je vendais seul mais aujourd’hui j’ai avec moi 4 jeunes filles. Elles m’aident à préparer les jus et à les vendre : c’est donc une PME que j’ai. Si j’arrête ces jeunes filles se retrouveront sans emploi ».

A l’image de Marceline, Mme Kouamé Brigitte vend des jus en sachet sur les marchés d’Abidjan. « Lorsque je me suis marié je n’exerçais aucune activité car mon homme est allé me chercher au village où j’aidais mes parents dans les travaux champêtres. A Abidjan j’ai vu que les femmes (pour certaines) ne se tordaient pas le pouce en longueur de journée mais avaient des activités. J’ai voulu faire un magasin de vente de pagne mais au dernier moment j’ai opté pour les jus ». Au début son mari a eu du mal à la comprendre mais aujourd’hui il sait que sa femme a réussit son pari. Mme Kouamé possède cinq congélateurs qui sont entreposé dans une grande salle. Au fil de la journée des jeunes gens à vélo viennent remplir leurs glacières et retournent dans les rues de la capitale. Le secret de leur réussite, ces deux Dames le doivent à leur persévérance et l’amour de ce commerce. « Souvent lorsque vous regardez vos bénéfices vous avez envie de tout arrêter tellement les chiffres sont insignifiants mais à ce moment vous devez vous dire qu’il faut persévérer » affirme Marceline. Les petites astuces pour faire les bons jus diffèrent d’une femme à l’autre mais la propreté et l’hygiène des ustensiles dans la préparation et le conditionnement des jus est très important. Mme Kouamé nous dira tout simplement que la meilleure manière de réussir dans ce milieu c’est de faire des jus pour la vente comme si on le faisait pour nous même.

SUY Kahofi

Publicités

À propos de Rédacteurs nousfemmes

Nousfemmes est un blog crée par SUY Kahofi, correspondant de presse et blogueur ivoirien. L'équipe de rédaction s'étoffe avec l'arrivée du journaliste d'Anderson Diédri, journaliste d'investigation.

Publié le août 18, 2011, dans ACTIVITES DE FEMME, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :