Ces femmes qui apprennent ‘’des métiers d’homme’’

Rivaliser avec les hommes sur tous les plans

L’enseignement technique et la formation professionnelle sont des branches de l’éducation qui donnent l’opportunité à tout apprenant de pouvoir s’insérer plus rapidement dans l’univers du travail une fois sa formation achevée. La théorie ne représente que ¼ du temps de cours et la pratique fait l’essentiel du programme. Les diplômes sont bien différents du système de l’enseignement général : ici on parle surtout de Certificat et de Brevet. Les métiers de la liste de ce système d’enseignement sont multiples : elle part des filières bureautiques (secrétariat, comptabilité) aux métiers du bois, de la construction, de la soudure, de l’électricité pour ne citer que ceux là. Si certaines filières ont été féminisées par l’opinion publique, il n’en demeure pas moins que celles qui semblent être réservées aux hommes sont de plus en plus envahies par les femmes. Pour découvrir ces femmes qui apprennent des métiers d’homme, nous avons fait le tour des Lycées d’enseignement technique pour les voir à l’œuvre. L’exemple précis de l’une d’entre elle nous a permis de mettre en lumière les difficultés qu’elles vivent.

Tournevis et boulons en mains Yah Lydie achève la réparation d’un ventilateur dans l’atelier dont elle est la responsable. Cette maman de 30 ans est titulaire d’un BT en électromécanique qu’elle a obtenu au Lycée Technique de Jacqueville dans le sud de la Côte d’Ivoire. Elle livre ici sont témoignage. « Lorsque j’étais en classe de Première, j’ai décidé de quitter l’enseignement général pour une filière technique. Je ne voulais pas être comptable, aide soignante ou secrétaire. Je voulais faire quelque chose qui me distingue nettement des autres amies. J’ai choisi d’être électromécanicienne. J’aime ce travail et l’apprendre est une chose passionnante. Lorsque j’arrivais dans l’enseignement technique, il n’y avait pas beaucoup de femmes dans les filières mécaniques. Mais aujourd’hui elles viennent. Ici on ne nous considère pas comme des femmes. Nos formateurs nous disent ceci : l’enseignement technique est unisexe, les femmes sont des hommes. Je me rends compte que c’est vrai. En ateliers je manœuvre ma lourde meule toute seule. La galanterie n’existe pas ici ! Les femmes aussi souffrent énormément. Elles sont victimes de harcèlement : elles ne sont pas aussi nombreuses dans les centres et certains professeurs veulent tout de suite coucher avec elles. Certains te proposent des notes, si tu refuses ils tombent dans les menaces et tu finis par être l’ennemi de tout le corps professoral, solidarité du corps oblige. Le plus important je le dis aux autres filles c’est de savoir pourquoi tu viens apprendre ce métier. Ici une fille s’impose, ou elle se fait marcher dessus. Rien n’est impossible et j’invite mes sœurs à nous rejoindre pour montrer aux hommes que nous aussi nous pouvons rivaliser avec eux sur tous les plans ».

SUY Kahofi

Publicités

À propos de Rédacteurs nousfemmes

Nousfemmes est un blog crée par SUY Kahofi, correspondant de presse et blogueur ivoirien. L'équipe de rédaction s'étoffe avec l'arrivée du journaliste d'Anderson Diédri, journaliste d'investigation.

Publié le août 9, 2011, dans ACTIVITES DE FEMME, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :